Sortie de CLion 2017.1

JetBrains est une société spécialisée dans la conception d’environnements de développement. Ses produits les plus connus sont IntelliJ (un EDI indépendant d’abord orienté Java) et ReSharper (une extension C# pour Visual Studio), sans oublier PyCharm (pour Python) ou encore WebStorm (pour le développement Web). En 2015, la firme a lancé CLion, son EDI pour les langages C et C++, en partie dérivé d’AppCode (destiné, quant à lui, à la création d’applications iOS en Objective-C). À presque deux ans, voici la version 2017.1 de l’EDI, qui continue à gagner en maturité et à faire de l’ombre aux grands que sont Visual Studio ou encore Eclipse.

Au niveau des dernières fonctionnalités, on trouve principalement les nouveautés de C++14 et 17. De manière générale, presque tout C++14 est géré (tout sauf constexpr) : par rapport à la version précédente, ce sont donc le type auto, les fonctions anonymes génériques, les modèles variables (au lieu d’un nombre fixé de paramètres) et les captures généralisées. Côté C++17, seuls les espaces de noms imbriqués sont apparus (c’est l’apport de la nouvelle norme plébiscité par les utilisateurs) — le reste de la norme suivra dans les versions à venir de l’EDI. Cela signifie que tous ces aspects du langage bénéficient d’une coloration syntaxique et d’une complétion automatique, sans oublier une intégration aux mécanismes de navigation et de refactorisation du code ; par exemple, CLion peut déterminer le type que prendra une variable automatique afin de proposer l’autocomplétion en conséquence.

Une nouvelle intention est disponible. Elle permet de moderniser d’un clic un bout de code : plus précisément, de remplacer le type d’une variable par le mot clé auto.

Le débogueur a été l’objet de bon nombre d’attentions, avec la correction d’un grand nombre de défauts (notamment des temps d’attente expirés avec GDB). Un désassembleur est maintenant intégré, de telle sorte qu’il est possible de poursuivre l’exécution pas à pas y compris dans du code pour lequel les sources ne sont pas disponibles (une version future de CLion permettra d’accéder à ce désassembleur de manière autonome). Le code assembleur aura aussi une coloration syntaxique (même en dehors du débogueur), à condition de respecter la syntaxe AT&T et de ne pas utiliser de préprocesseur.

CLion est maintenant compatible avec de nouveaux outils de l’écosystème C++. Pour les tests, Google Test est géré depuis le début, Catch apparaît avec cette version. Le compilateur Visual C++ est aussi de la partie (versions 2013 à 2017), sous Windows, mais uniquement de manière expérimentale. Ainsi, CLion ne cherche pas automatiquement le compilateur, il faut l’activer manuellement (le résultat n’est pas encore parfait). msbuild n’est pas géré, CMake reste la seule manière de créer un projet avec CLion. Le débogueur de Visual C++ n’est pas intégré.

Ceci n’est qu’un aperçu des différences fonctionnalités apparues. On peut aussi compter la saisie sans délai (la latence entre l’appui d’une touche sur le clavier et l’impact à l’écran est le plus faible parmi tous les EDI !), la recherche dans un dossier avec prévisualisation automatique, une vue améliorée de l’historique d’un dépôt (avec possibilité d’utiliser des expressions régulières !) ou encore une extension pour les langages Swift (remplaçant d’Objective-C) et Go (un EDI spécifique est en cours de développement).

Télécharger CLion 2017.1.

Source et images : CLion 2017.1 released: C++14, C++17, PCH, disassembly view, Catch, MSVC and more.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s